En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » Rencontrer » Rencontre amoureuse : de nos différences à l'altérité !

Rencontre amoureuse : de nos différences à l'altérité !

Rencontrer

Rencontre amoureuse : Toi et moi, notre richesse

Toi et moi... trois mots chargés de tendresse et de complicité. Mais aussi trois mots qui cachent trois entités : toi, moi, célibataires, toi et moi... notre couple. Chacune de ces entités est profondément différente des deux autres. Sommes-nous certains de bien les connaître, sommes-nous sûrs de pouvoir nous cerner individuellement, avec nos différences ?

Lorsqu'on parle de la décision amoureuse, il convient de parler NON PAS en termes d'unité du couple, mais d'union de partenaires.
Union comporte un élément d'unité auquel vous tenez, mais ajoute aussi une connotation de différence et d'altérité.

Rencontre : au commencement était... la différence

Je ne suis pas toi et tu n'es pas moi. Source de richesse, cette irréductible non identité est lieu de conflits et de souffrances. Célibataires, nous sommes, toi et moi, uniques au monde, revêtus de nos qualités, de nos défauts, de nos particularités, de nos tempéraments, vifs ou lents, réservés ou expansifs... Il est parfois bien difficile de les faire coexister en harmonie. Toi et moi sommes également tributaires de nos origines respectives et de notre passé qui nous ont profondément marqués : famille aisée ou pauvre, aîné ou cadet d'une famille nombreuse, enfant unique, famille où l'on témoigne facilement de l'affection que l'on se porte, famille où tout n'est que réserve ... Nous sommes tributaires aussi de nos différences intellectuelles, professionnelles... Qu'il est dur parfois de devoir s'habituer l'un à l'autre et d'accepter qu'on ne sort pas du même moule.

L'altérité

Dans un admirable poème, " Sodome et Gomorrhe ", Pierre Emmanuel évoque le sexe comme une plaie vive au cœur de l'homme, l'amenant à prendre conscience de son incomplétude. L'homme découvre, dans sa chair, qu'il ne peut s'enclore sur lui-même; son désir l'entraîne vers un autre qui sera sa joie. Mon cher amour, mon tendre amour, ma déchirure, chante Aragon. Une faille est ouverte, en l'homme et en la femme; et les voilà entraînés, au plus profond de leur être, dans la quête de l'autre , qui seule peut conduire vers la plénitude et le bonheur. En d'autres termes, au niveau même de leur constitution organique, l'homme et la femme sont appelés à découvrir que seule l'ouverture vers autrui peut les orienter vers leur propre accomplissement.

La différence et l'altérité sont inscrites dans le corps : l'étrangeté d'un sexe pour l'autre sexe signifie déjà que l'être humain n'est " pour lui-même " qu'en étant aussi " pour autrui ", dans une différence reconnue et jamais réduite.

Dans le mariage, écrivait Bernard Shaw, il faut parvenir à ne plus faire qu'un; le problème c'est de savoir lequel des deux ! Cette boutade de l'humoriste irlandais manifeste la difficulté de vivre cette tension heureuse inter-sexuelle, rendant impossible la clôture sur soi, le refus de l'autre comme autre. La tentation est grande, en effet, de réduire la différence, de la récuser; et l'on cède à cette tentation soit en faisant de l'autre un objet, une " autre chose " (un sexe) et non plus " un autre ", soit en parlant d'une complémentarité des sexes, qui n'est souvent que l'affirmation camouflée d'un esclavage ou pour le moins d'une utilisation d'un sexe par l'autre.

A cet égard, l'Occident, en réduisant la femme au rôle de mère ou de vierge, et en sacralisant cette image de la femme, a favorisé, bien plus fortement qu'on ne l'imagine généralement, l'oubli de l'appel à la différence et à l'altérité inscrit dans la condition sexuelle de l'homme et de la femme. "

De ce qui précède nous pouvons tirer deux conclusions :

L'erreur de viser à un AMOUR-FUSION dans lequel on se diluerait pour ne plus avoir que les mêmes sentiments, les mêmes avis... L'un ne serait que la doublure, l'ombre de l'autre; il ne serait plus une personne mais une chose !

Quelle que soit notre volonté d'être authentique vis-à-vis de l'autre, d'être vrai, transparent, le fait d'être une personne implique qu'il y aura toujours des coins en moi qui resteront intransmissibles, qu'il ne me sera pas possible de partager.

C'est ce qu'on appelle le JARDIN SECRET. Il me permet d'être et de rester MOI ! Son existence est tout à fait légitime.

Dès maintenant les célibataires amoureux peuvent adopter des attitudes d'union dans la liberté :

  • savoir prendre leurs loisirs séparément, sans se croire obligés d'être toujours ensemble;
  • dans les rencontres de parents et d'amis, se joindre volontiers aux autres groupes, sans toujours s'isoler;
  • savoir prendre ses décisions personnelles, sans constamment demander des permissions à son ou sa partenaire.

Ils posent ainsi les jalons de leur relation future, qui leur laissera des zones de liberté et d'épanouissement personnel chaque fois qu'ils en ont besoin.

Rencontres amoureuses : nos attentes de célibataires...

Célibataires différents, d'origine différente, nous nous rencontrons. Notre amour naît et nous avons le sentiment qu'il est l'alpha et l'oméga de notre vie à venir, qu'il suffit à la remplir. En sommes, nous certains Notre amour est il est totalement gratuit et désintéressé. N'y a-t-il pas une petite voix au fond de chacun de nous, qui nous souffle que l'autre n'est qu'une réponse à nos attentes les plus profondes de célibataire.

  • Qu'espères-tu que je t'apporte, et moi en quoi suis-je en attente de toi ?
  • Quelles sont les qualités que j'espère réellement trouver en toi, et de ton côté, qu'attends-tu de moi. Quelle importance accordes-tu à chacune de mes qualités ?
  • N'ai-je pas tendance à exagérer l'importance, à mes yeux, des qualités " réfléchies " que je prétends trouver en toi par rapport aux qualités " viscérales " que j'ai besoin de trouver ?

Parfois se développe chez les célibataires, un besoin imaginaire d'idéaliser le partenaire, un peu dans la ligne, pour l'homme, de ce que fut sa mère, pour la femme, de ce que fut son père.

Apprendre à nous connaître chacun individuellement et l'un l'autre, c'est apprendre à assumer nos différences et à donner à celles-ci la place qui leur revient : le lieu de notre richesse.

Nous rencontrer... réellement

Un bonjour, un baiser, une attention... et le miracle de l'amour se perpétue. Tu me parles de ta journée, de tes réussites, petites et grandes, de tes soucis. Je te parle de ma vie, de ce que je suis, de mes projets. Nous nous livrons, jour après jour, un peu plus l'un à l'autre en nous révélant mutuellement ce que nous n'avions jamais dit à personne.

Tout cela fait que je me sens aimé(e) et reconnu(e) . J'ai de la valeur à tes yeux. Par la même occasion je me sens capable d'aimer, de me donner et de donner encore et encore...

Le temps passé ensemble nous paraît si court. Nous voudrions ralentir sa course, voire la prolonger indéfiniment. Quels moments merveilleux que ceux au cours desquels nous nous apportons l'un à l'autre tout ce que nous attendons de cette rencontre ! Il n'y a aucun décalage entre nos attentes et ce que nous recevons l'un de l'autre. Cette relation " parfaite " nous ne pourrions la vivre avec personne d'autre. A part toi, qui pourrait être autant mon complice ?
Mais parfois...je te blesse, tu heurtes ma fierté. J'ai l'impression, et tu l'as sans doute aussi, que nous ne nous connaissons plus, que je ne te reconnais plus.

N'est-ce pas parce que nous cherchons à découvrir l'autre tel que nous l'espérons et non pas tel qu'il est réellement ? N'est-ce pas là, enfin, que nous redécouvrons nos irréductibles différences et que la question qui nous est posée est de savoir si nous les avons bien acceptées et comprises et si nous voulons réellement apprendre à les gérer ?

Rencontre : du célibat au couple, accepter un nécessaire cheminement

Il est ainsi des circonstances dans lesquelles je me sens moins bien en ta compagnie. Quand ? Comment ? Pourquoi ?

Nous nous affrontons parfois de manière tellement violente que je me sens écrasé(e) au lieu d'être épanoui(e), valorisé(e). J'ai l'impression que tu ne me comprends plus, ne m'écoutes plus, ne me reconnais plus.

Comment réagir face à ces situations et comment éviter qu'elles se représentent ?

Etre quelqu'un et réaliser que notre richesse prend sa source dans nos différences.

Qu'il serait triste que tu sois ma copie conforme ! Puis-je dialoguer avec un reflet dans un miroir ? Si cela m'arrive, ce n'est jamais qu'un monologue qui ne fait que me renvoyer à mes propres limites. Je ne puis partager réellement avec mon reflet, il m'est donc impossible de vraiment l'aimer. La source et la possibilité de notre amour réside dans nos différences, dans cette chance que nous avons de ne pas être identiques.

Vie en couple : un chemin jonché de roses...

C'est la période de l' idéalisation. Si on devait la résumer en une phrase, ce serait : " Dieu que l'herbe y est verte ". L'autre est revêtu de toutes les qualités, et même ses défauts n'apparaissent à nos yeux que comme marque distinctive de sa particularité sans revêtir une connotation négative. Tout n'y est que beauté et perfection comme si on découvrait un nouveau monde. Si on s'attache un instant à analyser ce moment, on se rend compte que ce qui y est vécu c'est le désir intense d'une fusion parfaite comparable à celle qui existait dans le sein maternel.

Mais il y a des épines aux roses...

Phase de désillusion, le nouveau monde est aussi parsemé de cactus ! On se découvre l'un et l'autre nettement moins parfait que ce que l'on pensait. On se découvre avec des qualités mais aussi des défauts.
...et heureusement aussi des roses aux épines...

S'adapter et construire

C'est la période d'ajustement pendant laquelle on quitte son statut de célibataire pour apprendre à gérer l'imperfection née des différences, des défauts et des faiblesses, pendant laquelle on apprend à accepter l'autre tel qu'il est et non pas tel qu'on voudrait qu'il soit, ou tel qu'on l'a rêvé.

Le couple cherche alors sa " vraie " voie, courageusement, en affrontant et en intégrant les sources de conflits qui étaient présentes avant : les différences et l'altérité.

Si le couple parvient à franchir cette étape, il débouchera sur l'amour véritable fait du partage autant des peines que des joies, sur l'amour solide, sur l'amour mûr, seul capable de prendre sereinement le risque de l'engagement pour un amour durable !

Source : Centre de préparation au mariage - Belgique

Pour aller plus loin