En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » S'interroger » "C’est quoi, réussir sa vie ?"

"C’est quoi, réussir sa vie ?"

S'interroger

"C’est quoi, réussir sa vie ?" Boniface

"C'est quoi réussir sa vie ?". Voici ma réponse, en une phrase seulement : une personne a réussi sa vie si elle est "libre intérieurement".

Voici les signes qui manifestent sa liberté intérieure : qu’elle soit âgée ou plus jeune, qu’elle soit riche ou pauvre ; on aime spontanément cette personne lorsqu’on la rencontre !

Pourquoi ?

Cette personne est naturellement « elle-même », sans pour autant être "autocentrée".

S’il arrive une difficulté, elle ne cherchera pas à se justifier.

Elle n’a rien à prouver, même si par ailleurs, elle a de solides convictions, une foi profonde.

Sans volontarisme, cette personne "rayonne".

Elle est proche des gens simples.

La plupart du temps, elle est passée par des "grands creux".

Mais si des épreuves ont jalonné sa vie, elle n’a pas peur de sa fragilité.

Elle n’a pas acquis cette liberté intérieure d’un coup de baguette magique.

Ce fut le travail de toute une vie.

Il n’y a pas de recettes, pour réussir sa vie.

Néanmoins, on peut s’y « exercer », comme on s’exerce pour un sport ou un art.

C’était la grande idée de St Ignace de Loyola, fondateur des jésuites.

On peut faire des exercices pour croître dans la vie spirituelle, comme dans la vie sportive ou artistique.

Voici quelques exercices spirituels, inspirés par la spiritualité de St Ignace de Loyola (1491-1556), à faire chaque soir pendant quelques minutes.

Je vous promets que si vous les faites consciencieusement en quelques semaines, Quelque chose aura changé en vous...

Du côté de …la liberté intérieure.

Bon travail !

P.Nicolas Rousselot sj

Réussir sa vie : Exercice n°1

Quand je rentre du travail le soir. Je réserve cinq minutes. Ces cinq minutes doivent devenir intouchables. (Eviter de les faire juste au moment du coucher, là où on a le plus sommeil).

  • Je choisis un endroit spécial, où je ne serai pas distrait. Au pied de mon lit par exemple, assis en tailleur, avec une icône devant moi.
  • Je fais silence en moi. J’entends d’abord les bruits de l’extérieur, les bruits de mon studio, puis ma respiration. Je m’accueille en train de vivre.
  • Je peux conclure ce temps en geste d’offrande à Dieu (en ouvrant les mains par exemple)

Point n’est besoin de parler ou de méditer dans ce premier exercice, que je répèterai durant une semaine.

Réussir sa vie : Exercice 2

A l’exercice 1, j’ajoute la question suivante :

  • Comment je me sens ce soir ?
  • A l’aise, détendu, enjoué, dynamisé ?
  • Ou bien las, fatigué, vide, tracassé ?
  • Ou encore, tendu, bloqué, à vif ? etc.
  • Quand j’ai pu nommer mon état, j’en cherche la cause.
  • Puis je me présente comme je suis à Dieu, avec cette cause ; exactement comme je suis, sans jouer un autre personnage.

Je répète l’exercice quelques jours pour en avoir l’habitude.

Réussir sa vie : Exercice 3

  • Je fais silence en moi (ex.1).
  • Je m’accueille tel(le) que je suis (ex : 2)
  • Puis je repasse les moments de la journée ou des derniers jours où j’ai eu de la joie, de la paix, de la force intérieure. Ces moments n’ont pas fait "feu de paille", mais ils ont duré assez longtemps pour que ma mémoire les habitent encore.
  • Puis, je porte ces moments bienfaisants à Dieu, même s’ils sont tout petits.

Je répète cet exercice une bonne semaine. Si des évènements agaçants ou douloureux remontent à la mémoire, je fais un geste des mains pour les présenter à Dieu, et puis je les "passe" en concentrant mon attention sur les moments heureux.

Réussir sa vie : Exercice 4

Aux exercices 1,2,3, après les moments heureux (toujours commencer par eux) :

  • Je me rends présent aux moments plus difficiles de ma journée ou des jours passés. Je nomme au Seigneur ce que j’ai ressenti. Puis j’essaie de confier à Dieu les personnes impliquées dans cet événement, même ceux qui m’ont fait du tort.
  • Si un regret me vient concernant mon attitude, je le laisse monter. Si ce regret à l’odeur du sentiment de culpabilité, je garde une certaine distance… à cause de sa mauvaise odeur.
  • Si une pensée me vient dévoilant la face cachée d’un acte que j’ai commis et que je regrette, j’accueille cette pensée avec peine certes, mais aussi avec beaucoup de gratitude.

Voici que ma libération est en marche !

Variantes des exercices

Peu à peu ce moment du soir se personnalise.

  • J’aime au début écrire sur mon carnet de bord les pensées qui m’habitent. Ou je chante mon refrain préféré, comme un indicatif, au début de ce temps spirituel que je m’accorde.
  • Je dis à Dieu : voici les "pierres blanches" de ma journée. Et voici "les pierres noires".
  • A la fin de ce temps, je peux rester en silence, parfois un bon moment, parce que ce silence s’est établi en moi, presque naturellement. Et ce silence est bon. Il est habité.
  • Je peux aussi penser à l’agenda du lendemain, confier les projets, les personnes que je rencontrerai. Je peux même les bénir à l’avance.

Le soir, en me couchant ou le lendemain, en me levant, ils arrivent que de nouvelles pensées "remontent" comme des bulles remontant à la surface de l’eau. Je peux croire alors que ces réponses me viennent aux questions que j’ai posées la veille, spécialement si elles me mettent en paix. Un pas de plus pour réussir ma vie !

 Pour aller plus loin