En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

La paix des sexes

Rencontrer

La paix des sexes est pour bientôt...


Vaut-il mieux être un homme ou une femme célibataire ? Est-ce que les femmes vivent plus paisiblement que les hommes ce temps d’attente ? Ou l’inverse ? Pas question d’entrer dans un quelconque déterminisme sexuel au sujet du célibat. Pour autant, la condition des hommes célibataires diverge de celle des femmes dans la même situation. La preuve : d’où vient cette impression qu’en France il y a plus de femmes seules que d’hommes ? Les chiffres de l’Insee sont pourtant formels : 43% des hommes de plus de 15 ans sont célibataires contre seulement 37% des femmes (1).

Alors, où sont les hommes célibataires ?

A en croire les sociologues qui ont épluché ces statistiques, les hommes célibataires se trouveraient plutôt en milieu rural (le phénomène « L’amour est dans le pré »). Ils seraient ainsi moins « visibles ». Une impression renforcée par le fait qu’ils évoluent professionnellement plutôt au bas de l’échelle sociale. A l’inverse, les femmes célibataires se retrouvent plus fréquemment en haut de cette même échelle. Ainsi, dans les professions intellectuelles supérieures, les femmes en solo sont quasiment deux fois plus nombreuses que les hommes (11,8 %).

En revanche, il y a un point sur lequel converge hommes et femmes, c’est le célibat choisi. 10% des hommes pour 7% des femmes n’ont jamais vécu en couple. Un chiffre qui a doublé en l’espace de quelques décennies. Quand certains mettent tout en œuvre pour trouver l’âme sœur, comment expliquer que d’autres choisissent l’isolement sentimental. Interrogé sur le site Atlantico, le sociologue Jean-Claude Kaufmann estime que ce parti-pris réside dans « le désir de vivre une jeunesse prolongée Et qu’est-ce que la jeunesse ? C’est une période de la vie où l’avenir n’est pas encore écrit. Une période où l’on peut s’inventer d’avantage même si elle n’est pas toujours facile à vivre. Donc solo cela porte aussi l’idée de moments créatifs », explique le sociologue.

Les hommes souvent accusent : « Aujourd’hui, les femmes n’ont plus besoin de nous. » Les femmes leur répondent : « Les hommes ne savent pas se décider. »

Le féminisme a succédé au paternalisme. Comme ce dernier a disparu de nos sociétés occidentales, le féminisme vit probablement ses dernières heures tant il est de plus en plus décrié. Pour qu’hommes et femmes ne soient pas de plus en plus nombreux à choisir le célibat par crainte, l’heure n’est plus à la guerre des sexes mais bien à la paix.

(1) Chiffres de l’Insee

Pour aller plus loin