En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » Rencontrer » Le miracle de la rencontre

Le miracle de la rencontre

Rencontrer

Rencontrer un autre être, c’est définitivement s’engager sur une voie nouvelle, sinon il n’y a pas de rencontre.

 
Il y a des êtres qui tirent l’autre vers eux parfois même en se donnant des airs de sauveur. Rencontrer un autre être, c’est pouvoir se tenir debout ET se reconnaître incomplet, d’une manière ou d’une autre, faire de la place, accueillir ET se laisser accueillir. Oui, il faudra passer à travers la vitre, la vitrine ou la toile pour aller vers l’autre… le voisin, l’enfant, le conjoint, le païen, le croyant… l’autre. Et passer à travers, n’est-ce pas renaître de l’Esprit, selon l’image partielle de la matrice que chacun de nous a traversée, quelles qu’aient été les conditions de cette première naissance ?
 
Y aurait-il une « méthode » pour faire advenir cet événement miraculeux qu’est une rencontre véritable ? Oui… et le SEUL chemin en est le Christ (Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie...), le Seul qui puisse tracer en nous la route du vrai Amour (tu aimeras ton Dieu de toute ton âme, de toutes tes forces et tu aimeras ton prochain comme toi-même). Jésus ne nous aime pas pour ce que nous croyons avoir réussi mais pour ce que nous sommes, à la ressemblance parfois très enfouie, mais néanmoins réelle, de l’image que notre Père a gravée au plus profond de nos cœurs.
 
Le christianisme n’est pas à mon sens un simple catalogue de valeurs mais l’ajustement de nos vies à ces valeurs. Je parle donc ici d’une Foi vivante. C’est pourquoi je voudrais dire à toutes les personnes inscrites sur le site qu’elles ne pourront rencontrer l’amour véritable si elles s’appuient sur leurs propres forces ou cherchent à remplir le vide de leur existence par un mythe, celui de l’épouse parfaite – par exemple – cachant une mère idéalisée qui tôt ou tard sera rejetée ou annihilée. Quant aux femmes, qu’elles renoncent définitivement à capter les hommes à leur seul profit pour qu’ils puissent leur dire au nom du Seigneur « Que tu es belle, ma bien-aimée, que tu es belle ! » Il m’est également venu une idée pour rédiger une annonce sur le site : et si chacun disait comment il se situe par rapport à l’argent, au monde matériel, si chacun exprimait ce qu’il est prêt à vivre dans le partage, cela ne serait-il pas plus clair ? Si chacun énonçait sa vision du couple, ce à quoi il ne dérogerait pas, ne serait-ce pas plus simple ? Il existe un livre dont le titre est « Cessez d’être gentil, soyez vrai ! ». C’est un peu de cela dont je parle, surtout pour les plus anciens d’entre nous. Pour ma part, par exemple, si je suis restée « visiteuse », c’est une façon de dire que mon charisme propre n’est pas de savoir gagner de l’argent. C’est aussi une façon plus mystérieuse d’énoncer que la Croix et la Résurrection cohabitent sans cesse en nous car toutes les étapes de la vie du Christ sont intégrées à nos vies. C’est une façon de dire à l’homme que j’attends de lui un petit plus. Je ne dis pas que ce choix est juste, je l’explicite simplement. Il me semble important de replacer les choses : l’argent est un moyen pour accomplir la mission.
 
Je veux encore énoncer un point qui me semble important. Beaucoup d’entre les hommes d’un certain âge cherchent des femmes jeunes (voire très jeunes). On peut y voir un effet de l’esprit du monde. Je crois que cela soulève pour chacun de nous une question fondamentale : quel est mon âge réel ? Parfois, le temps a passé et nous restons intérieurement attachés à des fonctionnements ou des attentes désormais révolues. On ne rattrape pas le temps perdu. C’est le temps de maintenant qui doit se vivre, dans un ajustement progressif de tous nos âges intérieurs.
 
Après l’Eucharistie dominicale, l’Esprit m’a soufflé de demander au Christ : « Seigneur, quel est ton souci, en ce moment ? Puis-je te donner quelque chose pour soulager ce souci ? ». Un vieux prêtre m’a partagé que, selon lui, le souci du Seigneur est de voir que Ses Amis ne veulent pas de Ses dons. La conversion est vraiment un renversement de nos valeurs (tes pensées ne sont pas Mes pensées…)
 
Saraï, psychanalyste et mère de famille
 
Pour aller plus loin