En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » S'interroger » Saint-Valentin en solo : ras-le-bol ou tremplin ?

Saint-Valentin en solo : ras-le-bol ou tremplin ?

S'interroger

Saint Valentin : Quelle est mon attente aujourd'hui ?

J’ai envie de bouder aujourd’hui et de crier que l’Église fête les grands Saints Cyrille et Méthode : quel est ce petit saint de carnaval qui se permet de raviver ma souffrance ?

Arriverai-je à me protéger de cette Saint-Valentin qui me blesse : personne ne m’offrira ces roses rouges et ces chocolats en forme de cœurs ornant les vitrines brillantes, décorées de rubans, de Cupidons, d’images de couples rayonnants et qui retournent le couteau dans ma plaie ?

Et si, au lieu de croire que rester roulé(e) en boule dans un gros pull, à regarder un film romantique, ou un match de rugby (c’est selon !), tout en mangeant des chips fera passer plus vite ce fichu 14 février, j’acceptais de prendre ce temps pour moi…

Pourquoi ma solitude me fait-elle si mal ?

Est-ce seulement le besoin d’avoir une présence chaleureuse auprès de moi, quelqu’un à qui parler, une épaule sur laquelle m’appuyer ?

Si ma solitude me fait mal en raison de mon passé (ruptures, deuils, célibat prolongé), l’Autre ne pourra pas venir me guérir comme un médecin vient au chevet d’un blessé. Puis-je trouver dans mes blessures des occasions de croissance ? Si la solitude ou la blessure ont déchiré mon coeur, puis-je considérer qu'une déchirure est à l'origine d'une ouverture, que mon coeur en ressort grandi ? Puis-je aussi trouver dans mon présent des sujets de joies ? Comment construire mon aujourd’hui en y puisant du sens, tout en étant dans l’accueil d’un changement éventuel de mon chemin de vie ? 

Recevoir ou donner ?

Si j’éprouve le désir naturel d’être comblé(e), ne suis-je pas plus encore animé(e) par celui de me donner, de livrer le meilleur de moi-même, d’essayer de contribuer au bonheur de l’autre, de construire ensemble dans une communion profonde ? Jusqu’où suis-je prêt(e) à me laisser bousculer, à être don total d’amour pour l’autre ? Puis-je creuser ma vision de l’amour et du couple afin d’offrir quelque chose de plus beau encore à mon futur conjoint ? 

Un cadeau à faire à mon futur conjoint

Et si j’envisageais la solitude actuelle comme une empreinte au creux de mon cœur à l’image de l’Autre, du don de moi que j’aimerais lui faire, de l’accueil que j’aspire à lui réserver ? Cela pourrait donner un sens à ce temps d’attente : me construire pour mieux m’offrir. Dans ma solitude se trouve déjà «sa» place, et à côté de lui ou d’elle, invisible, inconnu, je suis debout. S’il ou elle vient un jour, mon cœur est ouvert. Mais tant qu’il ou elle n’est pas là, ou s’il ou elle ne vient jamais, je serai toujours debout, et aux côtés de Dieu.

Prendre du temps pour moi, c’est du temps gagné, c’est du temps que je lui consacre déjà, comme si je lui préparais un jardin : je ne vais pas l’inviter à visiter un terrain où la terre a juste été retournée. Je vais planter, arroser, tailler, enlever les chardons, prendre du temps pour travailler le jardin et je serai fier(e) de le lui faire découvrir quand les fleurs seront en boutons afin qu’il ou elle puisse les voir s’épanouir.

Finalement, Saint Valentin, c’était qui ?

Au IIIe siècle, alors que l’empereur voulait interdire que les hommes se marient, afin qu'un plus grand nombre d'entre eux soient envoyés à la guerre, le moine Valentin continuait à célébrer les mariages chrétiens. Il fut arrêté et emprisonné.

Or Julia, la fille adoptive du juge devant lequel il devait se présenter, était aveugle. Le juge dit à Valentin : « si tu peux la guérir, je croirais que Jésus est la lumière et qu’Il est Dieu ». Une vive lumière jaillit de la cellule où la jeune fille rendit visite à Valentin lorsqu’il posa sa main sur les yeux de Julia qui fut guérie; l’empereur fit immédiatement décapiter Valentin, le 14 février, cependant il y eut de nombreuses conversions.

Les amoureux et les aveugles

On comprend pourquoi Saint Valentin est patron des amoureux puisqu’il encourageait le mariage. Demandons-lui aussi ensemble de nous ouvrir les yeux et de nous guérir. Qu’il guérisse nos aveuglements, qu’il nous donne le discernement, qu’il nous donne la lumière.

Vraiment, la fête de Saint Valentin cette année nous apportera bien plus à chacun qu’une rose rouge ou un chocolat !

Comme l’écrit avec finesse dans son annonce un de nos membres, « Je préfère penser à ma femme chaque jour plutôt que lui offrir des fleurs le jour de la Saint-Valentin pour me rattraper de l’avoir négligée ! » 

Je souhaite que Saint Valentin intercède pour chacun de vous, afin de vous réserver une heureuse rencontre et que ce soit ensuite pour vous Saint-Valentin tous les jours !

Prière traditionnelle à Saint Valentin

« Saint Valentin, faites que ma vie s’illumine dans le partage de l’amour. Intercédez pour moi, pauvre pécheur, auprès du Tout-Puissant que je vénère en respectant Sa Sainte Loi. Saint Valentin, vous qui avez donné tant d’amour et de charité, vous qui séjournez parmi les Bienheureux, avec ferveur, je vous adresse cette prière. Accordez-moi votre assistance pour que les ténèbres de mon cœur puissent entrevoir la lumière de l’amour et du bonheur. Ainsi soit-il. »

 

Pour aller plus loin