En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » S'interroger » Divorcée, seule, je suis fatiguée de me battre...

Divorcée, seule, je suis fatiguée de me battre...

S'interroger

Divorcée, seule, je suis fatiguée de me battre...

"Divorcée depuis 14 ans, 6 enfants de 35 à 15 ans, je vis avec mes 2 dernières de 17 et 15 ans. Je travaille comme aide à domicile avec les personnes âgées.

Convertie depuis 18 ans, aujourd’hui je suis dépressive sous anti-dépresseur parce que la vie est trop dure. Je ne supporte plus de me battre seule.

Je ne suis pas heureuse d’être seule j'en souffre beaucoup .... Merci de prier pour moi parce que j’attends avec impatience que l'Éternel m’appelle. Je n'ai plus rien à faire sur cette terre" .  Sylvie

 

Très chère Sylvie,

Notre équipe a lu votre message avec une vive émotion et une grande admiration.

Divorcée, vous vous battez seule depuis 14 ans pour élever vos 6 enfants….

Nous mesurons la dose d’énergie, de joie, d’amour, de combativité, de foi et d’espérance  que vous avez du mettre en œuvre pour conduire chacun de vos enfants à une vie d’adulte.

Nous imaginons combien de fois vous avez du vous oublier pour que chacun ne manque de rien. Combien de fois vous avez du faire une croix sur vos désirs, votre vie, vos aspirations…

Aujourd’hui, vous êtes fatiguée d’un tel combat, usée d’être seule ou de ne croiser que des personnes peu fiables…

Nous sommes admiratifs du combat que vous avez livré.

Sylvie, qui ne serait pas fatigué à l’issue d’un tel parcours ?

Bien des saints et des hommes de Dieu ont souffert de fatigue et de dépression face aux  épreuves. Ainsi, dans la Bible, Job s’écrit :

“Périsse le jour où je suis né.” …“ Oh! S'il était possible de peser ma douleur, et si toutes les calamités étaient sur la balance, elles seraient plus pesantes que le sable de la mer” …“Mon âme est dégoûtée de la vie!”

Le prophète Elie, dans 1 Rois 19, se trouve aussi dans un état dépressif. Il fuit dans le désert et implore Dieu: ”Prends mon âme”.

Le Seigneur lui-même, abandonné de tous au jardin des oliviers, est abattu face au combat qu’Il doit livrer: « Mon âme est triste jusqu'à la mort ». Cet état d'impuissance devant la douleur, ce sentiment d'abandon, cette crise d'angoisse mortelle, Jésus incarné l'a vécue lors de la passion… avant la résurrection et le triomphe de la Vie !

Sylvie, votre fatigue, votre dépression sont normales. Elles sont la triste conséquence d'une âme délicate trop souvent malmenée, trop longtemps bousculée, et qui a affronté de considérables défis de vie et de foi …

Je crois que si le Seigneur vous a rejoint  il y a 18 ans, peu avant votre divorce, c’est pour être avec vous au cœur de vos épreuves.

Je suis sûr qu’aujourd’hui le Seigneur est fier de vous. Fier de la façon dont vous traversez ce désert. Le Seigneur comprend et aime votre fatigue car elle est le fruit de votre combat de femme, de chrétienne et de mère.

Je suis certain que le Seigneur vous serre aujourd’hui sur son cœur pour vous remercier. 

Vous remercier pour l’amour que vous avez su donner. Vous remercier pour la vie que vous avez su faire croitre. Vous remercier pour les attentions que vous avez apportées à vos proches, aux personnes âgées. Vous remercier de l’appeler et de l’attendre avec une si grande impatience.

Le Seigneur vous demande pardon pour tous les deuils que vous avez du faire, pour cette vie bousculée qui vous semble infructueuse.

Sylvie, vous attendez avec impatience la rencontre avec notre Père Eternel. Comme je vous comprends ! Combien de fois au cœur des épreuves nous aimerions pouvoir tout de suite nous jeter dans les bras de notre Père pour être consolés, apaisés, aimés comme Lui seul peut le faire. Comme la vie nous semble parfois lourde et le Seigneur si loin et si désirable.

La montre du Père n’est (heureusement !) pas la nôtre. Sylvie, si le Seigneur vous veut sur cette terre, c’est qu’Il a encore besoin de vous, ici, pour aimer.

Lorsque je découvre les belles photos de votre profil Facebook avec vos enfants et vos amis, je me dis que bien des personnes ont encore besoin votre sourire, de votre force, de vos fatigues, de votre foi et de votre espérance.

Sylvie, même au cœur de votre dépression, vous restez une étoile dont le Seigneur se sert pour éclairer vos proches et les conduire à Lui.

Soyez certaine que chacune de vos joies, de vos épreuves, de vos blessures vécues avec le Seigneur seront autant de perles précieuses qui orneront votre couronne d’enfant de Dieu dans les cieux.

En attendant parfois dans l’allégresse, souvent dans la tristesse, nous apprenons à aimer.

Sylvie, même fatiguée, merci de continuer à aimer en tout ! En cette période d'après Noël que votre cœur ne cesse d'être crèche !

Soyez assurée de nos prières et de notre affection fraternelle.

Fraternellement en Jésus, le Bon Berger.

Olivier

Pour aller plus loin :