En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » Prier » Célibataires : oser se remettre entre les mains du Père !

Célibataires : oser se remettre entre les mains du Père !

Prier

Peut-on se donner dans la prière, se consacrer, pour tout recevoir de Dieu ?

Entrons au cœur de l’évangile de Jean. Au cœur, car Jean nous fait entrer ici dans la prière de Jésus à son Père, dans le cœur à cœur du Père et du Fils, dans l’Esprit, ce Fils qui de toute éternité est tourné vers le Père. Jn 17, 1-11.

Renoncer à soi-même pour accueillir

C’est une grâce qui nous est ainsi faite. Entrer dans la prière du Fils, ce n’est pas rien ! Ces paroles nous font témoins de l’idéal de la prière : la rencontre du priant et de Dieu en une même volonté. Car prier, ce n’est pas accumuler des paroles, comme peuvent le faire les païens. Prier, ce n’est pas seulement demander, même s’il faut demander. La vraie prière, c’est se remettre au Père. Prier, c’est se renoncer pour pouvoir alors se trouver.

C’est bien ce que montre Jésus dans sa prière. « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie ». Il sait que la gloire, il ne la tient pas de lui-même mais qu’il la reçoit du Père. Il ne cherche pas à se glorifier lui-même. Il sait que tout ce qu’il a, tout ce qu’il est, il le reçoit du Père.

Pour le dire autrement, il ne cherche pas à prendre lui-même. Il ne cherche pas à se réaliser lui-même. Mais il reçoit tout du Père. Et ce qu’il reçoit, dans un même mouvement, il va aussitôt le remettre au Père. « Père, glorifie ton Fils, donne-lui ta gloire, afin que le Fils te glorifie ». Ainsi, en lui est la Vie car la Vie est accueil et don.

Se donner pour recevoir

A l’inverse, la gloire qui vient du monde est tournée sur elle-même. Elle se recherche elle-même et pour elle-même. C’est pour cela que le monde ne peut recevoir la prière de Jésus. Car il est fermé sur lui-même. Et, fermé sur lui-même, il ne peut plus accueillir. Mais tout ce qui est fermé sur lui-même pourrit et meurt. Car tout ce qui n’est pas donné meurt. 

Ce monde, tel qu’en parle St Jean ne nous est pas étranger. Il est toujours présent non pas à l’extérieur de nos murs mais au fond de notre cœur. Il est important de nous en rendre compte. De réaliser ce que nous voulons garder pour nous : le repos, les vacances, la tranquillité, l’intelligence, la liberté, le travail, et tant d’autre chose encore.

Et ainsi, nous vivrons vraiment notre baptême. Le baptisé est consacré au Seigneur. « Si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Ainsi, dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur » dit St Paul (Rom 14,8). 

En ce sens, Jésus est le premier à se consacrer totalement en vérité. Dans sa vie, comme dans sa mort, il ne fait rien en dehors du Père. Sa prière, entendue ce jour, montre qu’il sait qu’il reçoit tout du Père et qu’il remet tout au Père.

S’ouvrir pour aimer

Mais sa prière nous révèle encore un point essentiel pour vivre cette consécration au Père jusqu’au bout : il se remet aussi entre les mains des hommes. Il leur donne la gloire qu’il a reçue du Père. Il leur donne les paroles qu’il a reçu du Père. Il leur donnera la vie éternelle qu’il a reçue du Père.

La consécration va jusqu’à là. Il ne s’agit pas seulement d’aimer Dieu et de se donner à Lui. Il faut bien reconnaître que Dieu ne nous dérange pas beaucoup ! Ce qui donne de savoir que nous aimons Dieu en vérité, c’est notre façon de vivre auprès de nos frères. St Jean, dans sa première lettre le dira très clairement : « Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit est incapable d’aimer Dieu qu’il ne voit pas ».

Vivre à l’image du Fils, glorifier le Père, ne consiste pas à le vénérer. Le Père n’attend pas d’être adulé par les hommes. Reconnaître que Dieu est grand et qu’il doit être adoré, toutes les religions le disent. Mais ce n’est pas cela que Dieu attend de nous. Son commandement n’est pas « adorez-moi », mais « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé ».

Lâcher nos résistances

Se donner ainsi, être témoin de Dieu ainsi, n’est pas évident. Nous savons bien qu’il n’est pas facile de se tourner d’abord vers l’autre, d’agir d’abord pour les autres. Que ce soit en couple, en famille, au travail ou en communauté. Cela demande de se renoncer. Et nous résistons fortement.

N’oublions pas alors que cette prière nous fait entrer dans l’Heure de Jésus, l’Heure de sa Passion où il va remettre sa Vie au Père et la donner aux hommes. Ce don de lui-même, Jésus ne cesse de le poursuivre en chacun de nous. En nous il est glorifié puisqu’il nous a remis TOUT ce qu’il a reçu du Père. 

Ainsi, discrètement, Jésus rappelle le don de l’Esprit qu’il va faire à ses disciples ; Esprit qu’il a reçu du Père et qu’il va remettre sur la croix pour le remettre aux hommes. Si Jésus est glorifié en nous, c’est par l’Esprit de gloire, l’Esprit d’Amour, l’Esprit de don, qu’il nous a donné. « Tout ce qui est à moi est à toi et ce qui est à toi est à moi. Et je suis glorifié en eux ».

C’est parce que nous sommes dans l’Esprit de Jésus que nous pouvons aimer comme Jésus aime et que nous pourrons ainsi glorifier Dieu. Tout le reste est vain. Sans oublier un autre point. Non seulement Jésus nous fait part de son Esprit. Mais il prie pour nous. « Moi, je prie pour ceux que tu m’as donné ». L’Esprit de Jésus nous a été donné. La prière de Jésus nous accompagne. Que demander de plus, de mieux, pour aimer comme il aime ?

Tout à recevoir de Dieu

Mais, une fois encore, il s’agit de renoncer à soi-même pour s’ouvrir à sa présence. Voilà alors une question pour conclure : que faisons-nous pour nous détourner de nous-mêmes et nous ouvrir à l’hôte intérieur qu’est l’Esprit Saint ? Que faisons-nous pour mettre en œuvre dans nos vies ses sept dons ?

« Dieu qui nous a créé sans nous, ne nous sauvera pas malgré nous » disait St Augustin. Sur la croix, tout nous a été donné pour que nous vivions dans l’amour. Rien de plus, rien de mieux, ne pourra être fait par Dieu.

Père Patrick Sempère

Prêtre du diocèse de Paris, au Foyer de Châteauneuf-de-Galaure

Foyers De Charit

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire.
Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe.
J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.
Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.

Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi.
Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.
Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »

Pour aller plus loin