En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Mon enfant,

Prier
"Mon enfant... oh, si les pécheurs connaissaient ma miséricorde !"

"Comme le monde d'aujourd'hui a besoin de la miséricorde de Dieu ! Jean Paul II"

Jésus à soeur Faustine (extraits du "Petit Journal") :

"Considère, mon enfant, qui est Celui auquel ton cœur est étroitement uni… Avant que j’eusse créé le monde, Je t’aimais de l’amour que ton cœur éprouve aujourd’hui. Et durant les siècles, Mon amour ne changera jamais" 1753.

"Oh ! Si les pêcheurs connaissaient ma miséricorde… Parle aux âmes des pêcheurs, pour qu’elles ne craignent pas de s’approcher de moi, parle-leur de ma miséricorde" 1396.

"Comme Roi de miséricorde, Je désire combler les âmes de grâces, mais elles ne veulent pas les accepter" 367.

"Je suis plus généreux envers les pêcheurs qu’envers les justes. Pour eux, je suis venu sur terre… pour eux, j’ai versé mon sang ; qu’ils ne craignent pas de s’approcher de moi, ce sont eux qui ont le plus besoin de ma miséricorde" 1275.

"Pour mes bienfaits, j’obtiens l’ingratitude ; pour l’amour, j’obtiens l’oubli et l’indifférence. Mon cœur ne peut supporter cela" 1537.

"Oh ! Comme cela m’attriste que les âmes n’aient pas compris l’amour ! Elles se conduisent envers moi comme envers une chose morte " 1385.

"Mon cœur déborde d’une grande miséricorde pour les âmes et particulièrement  pour les pauvres pêcheurs" 367.

"J’ai ouvert mon cœur en tant que source vivante de miséricorde ; que toutes les âmes y puisent la vie, qu’elles s’approchent de cet océan de miséricorde avec une très grande confiance. Les pêcheurs obtiendront justification et les justes seront affermis dans le bien. Celui qui a mis sa confiance en ma miséricorde, à l’heure de la mort, j’emplirai son âme de ma divine paix. " 1520.

"Je désire que les âmes se distinguent par une confiance illimitée en ma miséricorde. Je m’occupe moi-même de la sanctification de ces âmes, je leur procure tout ce qui peut-être nécessaire à leur sainteté. Les grâces de ma miséricorde se puisent à l’aide d’un unique moyen, et c’est la confiance. Plus la confiance est grande, plus l’âme reçoit. Les âmes d’une confiance sans borne me sont une grande joie, car je verse en elles le trésor entier de mes grâces. Je me réjouis qu’elles demandent beaucoup, car mon désir est de donner abondamment. Par contre, je m’attriste si les âmes demandent peu, si elles resserrent leur cœur" 1578.
 
"Mon enfant, considère aujourd’hui Ma douloureuse Passion, dans toute son immensité ! Médite-la comme si elle n’était endurée que pour toi !" 1760.

"Mon enfant, considère l’amour du prochain, et si c’est Mon amour qui dirige le tien vers ton prochain ! Pries-tu pour tes ennemis ? Souhaites-tu du bien à ceux qui t’ont, d’une manière ou d’une autre, attristée, offensée ? Saches, que tout le bien que tu feras à une âme quelconque, je l’accepterai comme si tu Me l’avais fait à Moi-même !" 1767.

"Je suis pour toi la miséricorde même. C’est pourquoi je te prie, offre-Moi ta misère et ton impuissance et tu réjouiras Mon Cœur !" 1774.

"Sache, Mon enfant, que Mon Cœur est la Miséricorde même. De cet océan de miséricorde, les grâces se répandent sur le monde entier. Aucune âme qui s’est approchée de Moi, ne M’a quitté sans consolation. Toute misère se noie dans Ma Miséricorde, et toute grâce jaillit de cette source salutaire et sanctifiante.
Mon enfant, Je désire que ton cœur soit la demeure de Ma miséricorde. Tu connais tout l’abîme de Ma miséricorde !
Puise donc pour toi et spécialement pour les pauvres pécheurs ! Je préférerais laisser le ciel et la terre retourner au néant plutôt que de laisser une âme confiante échapper à Ma Miséricorde." 1776

"Ma fille, que trois vertus ornent particulièrement ton âme : l’humilité, la pureté d’intention et l’amour ! Ne fais rien de plus que ce que J’exige de toi. Et accepte ce que t’offre Ma main ! Tâche de vivre recueillie, pour que tu entendes Ma voix qui est un murmure ; seules les âmes recueillies peuvent l’entendre !" 1759.

"N’aie jamais confiance en toi-même, mais abandonne-toi complètement à Ma volonté ! Dans le délaissement, les ténèbres et dans les différents doutes, aie recours à Moi ! … N’écoute jamais aucune tentation ! Mais enferme-toi aussitôt dans Mon Coeur … Mets l’amour-propre à la dernière place, pour qu’il ne souille pas tes actions ! Supporte-toi toi-même avec grande patience ! …Fuis comme la peste, ceux qui murmurent !

Que les autres agissent comme ils veulent, toi, conduis-toi comme Je te le demande ! … Lorsqu’on t’a fait de la peine, pense à ce que tu pourrais faire de bon à la personne qui t’a fait souffrir ! Ne te confie pas à l’extérieur ! Tais-toi quand on te réprimande ! Ne demande pas à tout le monde son opinion, mais seulement à ton directeur ! Sois avec lui franche et simple comme une enfant ! Ne te décourage pas à cause de l’ingratitude ! Ne scrute pas curieusement les voies par lesquelles Je te conduis ! Lorsque l’ennui et le découragement menaceront ton cœur, fuis de toi-même et cache-toi dans Mon Cœur ! N’aie pas peur du combat : le courage seul intimide souvent le tentateur et il n’ose pas nous attaquer ! Combat toujours avec la profonde conviction que Je suis près de toi ! Ne te laisse pas dominer par le sentiment, car il n’est pas toujours en ton pouvoir ! C’est dans la volonté que se trouve tout le mérite.

N’aie pas trop peur, car tu n’es pas seule !" 1778.

"Je veux voir en toi l’offrande de l’amour ardent qui, seul, a de la puissance à Mes yeux. Quoique à certaines heures tu ne sentes pas Ma présence, je serai toujours près de toi. N’aie pas peur, Ma grâce sera avec toi !" 1766.

"Comme Je désire vivement le salut des âmes ! Ô mon aimable secrétaire, écris que Je désire répandre Ma vie divine dans les âmes humaines et les sanctifier, pourvu qu’elles veuillent seulement accepter Ma grâce. Les plus grands pécheurs arriveraient à une haute sainteté, si seulement ils avaient confiance en Ma miséricorde. Mon Cœur déborde de miséricorde et elle est répandue sur tout ce que j’ai créé. C’est Mon délice d’agir dans l’âme humaine, de la combler de Ma miséricorde et de la justifier. Mon Royaume sur terre c’est Ma vie dans l’âme humaine. Ecris, ma secrétaire, que Je suis Moi-même personnellement le Directeur des âmes. Je les dirige par l’intermédiaire du prêtre et je mène chacune à la sainteté par une voie qui n’est connue que de Moi." 1783.

Jésus m'a dit : "Mon enfant, tu ne m’as pas donné ce qui est essentiellement tien. » Rentrant en moi-même je reconnus que j’aimais Dieu de toutes les forces de mon âme et, ne pouvant découvrir ce que je n’avais pas livré à Dieu, je demandai : « Jésus, dites-le moi et je Vous le livrerai immédiatement, de bon cœur. » Jésus me dit avec bienveillance : « Ma fille, livre-Moi ta misère, car c’est ta propriété exclusive. » A ce moment un rayon de lumière illumina mon âme, je vis tout l’abîme de ma misère. Au même instant, je me suis blottie dans le Très Saint Cœur de Jésus, avec une si grande confiance que même si j’avais eu sur la conscience les péchés de tout les damnés, je n’aurais pas douté de la Miséricorde de Dieu, mais le cœur brisé, je me serais jetée dans l’abîme de Sa Miséricorde. Je crois, ô Jésus, que vous ne m’auriez pas repoussé loin de Vous, mais que Vous m’auriez absoute par la main de Votre représentant" 1317.

Soeur Faustine: "Bien que je sois une telle misère, je n’ai pas peur de Vous. Rien ne m’intimidera devant Vous, mon Dieu, car je connais Votre Miséricorde. Et la connaissance que j’en ai est bien au-dessous de la réalité, je le vois clairement." 1802.

"Les moments les plus agréables pour moi sont ceux que je passe en conversation avec le Seigneur dans mon cœur. Je tâche de mon mieux de ne pas le laisser seul, Il aime être toujours avec nous…" 1792.

"Quel paradis habite l’âme lorsque le cœur sent qu’il est tellement aimé par Dieu !…" 1755.

"Oh, Jésus … toutes les ténèbres disparaissent de mon esprit sous les rayons de Votre lumière." 1771.

Découvrir la miséricorde divine :