En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Accueil » Guide de rencontre chrétienne » S'interroger » Rencontres sur Internet - Vos réactions

Rencontres sur Internet - Vos réactions

S'interroger

Vos réactions suscitées par le dossier  : Rencontres sur Internet, Savoir se vendre.

1ère réponse
 
Bonjour,
Je souhaitais juste réagir au dossier "Savoir se vendre"... Sans nier son développement clair et au final intéressant, j'ai du mal à définir l'être humain comme une cible marketing potentielle...
 
Tout comme remplir un profil et remplir des cases qui sont sensées nous représenter... Peut-être aussi car je ne rentre pas dans les dites-cases et que je reste prudente face aux mots...
 
La littérature, l'histoire nous donnent tant d'exemples sur ceux qui savent séduire, jouer avec les mots parfois pour le pire...
 
Ne devons nous pas aussi savoir être curieux et éviter les lignes tracées et pré-définies ? Est-ce qu'à force de se donner trop de critères l'on ne risque pas de passer à côté de richesses insoupçonnées chez un être ?
 
Ma vie de solo m'a permis d'aller de nouveau vers les autres, de me faire des nouveaux amis. J'aime découvrir et échanger sans me fixer trop d'à priori. Et j'ai eu la chance de connaître des gens multiples, variés et d'ouvrir ainsi mes horizons.
 
Se pose alors la question de ma place ici. Je n'ai guère le temps d'établir un tel plan de campagne... Des enfants à charge, un travail et aussi une vie sociale et amicale...
 
Le pseudo choisi au départ ne me plait finalement plus... J'ai laissé certaines cases sans réponse car très sincèrement je ne savais qu'y mettre... Je ne suis pas figée à une seule façon d'être et je vis avec au fond de moi l'envie permanante d'avancer, d'apprendre, de progresser...
 
Ce dossier m'aura fait réfléchir (donc merci) et je pense quitter le site très prochainement.
 
Encore un mot : "Le hasard, c'est Dieu qui passe incognito." Einstein... Et si on lui laissait cette chance ?
 
Amicalement....

2ème réponse

Puisque "le débat reste ouvert".
 
"J'ai presque tout pour être heureuse mais la solitude est-là" ai-je lu, soit en ces termes, soit en substance, dans nombre d'annonces. Y-a-t-il antinomie?  "la solitude est-là" ne serait-ce pas la conséquence du "J'ai " qui précède "? A se placer dans l'avoir c'est à dire, à se relier à des choses, à des statuts, à des situations, à des avoirs, à des savoirs ... plutôt qu'à des personnes, ne s'isole-t-on pas? Notre éducation nous y pousse. Nous voulions vivre des passions ?... "passe ton bac d'abord"... Puis une fois "le doigt dans l'engrenage" l'on continue à accumuler des "sécurités" au détriment de notre être. Car c'est de l’être que je veux parler ici. Et où y a t-il plus d’être que dans la rencontre? Je suis sur un site de rencontre (Je ne dis pas "matrimonial". L'autre, la personne en face, doit passer avant tout projet personnel, me fût-il particulièrement cher, voire y "échapper"...)  Je crois que la rencontre est un voyage de découverte qui consiste à sortir de soi pour aller vers l'autre. Ce n'est pas un voyage facile (C'est un peu celui d'Abraham: "Quitte ton pays...").  Ce n'est pas la simple application d'une "grille de critères" avec laquelle  "cela passe ou ça casse". Il faut le temps qui apprivoise. Notre premier regard sur l'autre qui juge selon nos critères, est critique, il doit faire place à un autre regard où l'on essaye de se mettre à la place de l'autre ( "Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux" Marcel PROUST).  C'est ce nouveau regard (Latin "re-spectare" qui donne le mot "respect" en français), qui nous permet d’évoluer vers l'autre. Ce n'est pas dans l'avoir, c'est dans nos êtres, nos ressentis partagés que nous entrons en relation. La confrontation de nos cheminements intérieurs est essentielle.
 
D'accord pour limiter le nombre de personnes avec lesquelles interagir, car le respect l'exige. En effet, donner à un interlocuteur le dialogue de qualité, auquel il a droit, demande un minimum de temps. Alors comment limiter? Moi, être imparfait sais-je vraiment ce qui est le mieux pour moi et ce qui se cache derrière les "étiquettes" des différents profils. Le mot "réticence" résume mon passé. Comme l'exprime le verbe latin "retinere" je n'ai dit mot. Je n'avais pas conscience qu’il fallait exprimer pour être compris. Pas de malentendus, "juste" des non entendus car des non-dits...! Un impératif pour moi maintenant: EXPRIMER (ressenti, aspiration...toujours avec une phrase plutôt qu'avec un "mot-étiquette" seul ). Si je dis qui je suis vraiment, si je l'exprime je ne plairai pas a tout le monde, cela va déjà limiter le nombre...
 
L'interprétation des cases cochées révèle-t-elle des affinités? Quoi de commun entre deux personnes cochant "la mer", l'une car aimant faire bronzage ou du surf sur la côte basque au plus chaud et au plus surpeuplé de l’été, l'autre car aimant les longues marches d'hiver sur les plages désertes du nord de la France balayées par le vent, lui-même lavé par la pluie (C'est du vécu)? Le choix des sujets des cases n'est-il pas arbitraire et limité ? En Chine il y aurait les cases "possède ou non une voiture", "ville du passeport intérieur". Faut-il évoquer les cases de "L’idéal"?  Par définition il vient de nos idées. Il s'oppose au réel. Alors pourquoi le lire? Car en le comparant au texte de l'annonce il permet d'entrevoir combien la personne est capable au delà de son idéal, de vivre dans le réel.
 
Pour moi la seule partie qui compte vraiment dans l'annonce, c'est le texte. Ce texte doit exprimer du sens, des sensations, une sensibilité, la vie. Je ne conseille pas d’écrire plusieurs pages comme je l'ai fait, j'ai mes raisons, mais d'exprimer un minimum. Je suis très mal à l'aise pour répondre à des messages émanant de personnes dont le texte de l'annonce est vide ou n'exprime rien sur son être.

"En entreprise, on sait, qu’un courrier trop long ne se lit pas". Peu me chaut, fi de l'entreprise, sa finalité n'est, je crois, ni l'humain ni le mariage à vie. Si une personne trouve mon annonce trop longue, c'est simple elle ne la lit pas, elle passe a l'annonce suivante (Oui, il y en a un certain nombre ;-) dont une partie revient finir des mois après à ses dires). Par son départ elle m'aide à me limiter aux personnes qui m’intéressent (Je m’intéresse à celles qui s’intéressent a moi... car elles ont "bon goût" ;-) ). Idem pour mon absence de photographie. Je n'ai rien à dissimuler, mais ayant entendu dans mon enfance des remarques dans mon entourage sur le physique de tel ou tel avec ce que cela devait déterminer, ne pas mettre de photographie est pour moi presque une valeur (Pas moins de valeur que toutes ces photographies "grâce" auxquelles on ne reconnaît pas les personnes) . Certaines personnes disent dans leur annonce "pas de photo pas de réponse, il faut respecter les règles" . Je n'ai rien contre des règles justifiées, mais je n'aime pas que l'on m'en impose fallacieusement (Voila qui limite encore le nombre. Idem pour mon pseudo)  Je crois que la relation entre les parties doit être équilibrée. A cet égard j'aime l’étymologie du mot "inter-dit", ce qui est dit, ce qui est convenu librement entre deux personnes...Les textes sans photographies me semblent souvent plus riches (Et toutes les personnes que j'ai rencontrées l’étaient). Je ne prétends pas être indifférent au physique, ce serait pure hypocrisie de ma part. Mais quand un riche échange s'est instauré la "bienveillance" est plus grande quand le physique entre en jeu. Je ne choisis pas d’écrire à une annonce à cause de la photographie. Par contre il y a des annonces auxquelles je m'abstiens d’écrire car la photographie choisie (Elle l'est, n'est-ce pas?) me semble véhiculer un message (En d'autres termes, vouloir "vendre" quelque chose) qui ne me convient pas (En d'autres termes, elle n’est pas un "plus").
 
J'ai lu sur des forums qu'il existait, ce que j'appellerai des "moins" pour lesquels on peut être "éliminé".  Oh le vilain mot...
Quelle aubaine! J'ai intégré dans mon annonce ceux pour lesquels cela me limiterait aux personnes qui m’intéressent.
Venu sur les sites d'abord par curiosité quand je n'avais aucune raison d'y être. J'ai eu beaucoup de chance ensuite quand je n'ai pas trouvé ce que j'avais fini par y chercher. J'ai trouvé beaucoup mieux. D'abord, au travers des autres, j'ai découvert moi-même, puis chez les autres, une richesse que je ne soupçonnais pas et qui a change en bien mieux ma vision du monde et m'a ouvert à une "vie plus vivante".
 
Alors, le marketing  et "se vendre" dans tout cela?

S'il s'agit d'un marché le seul segment qui m’intéresse est l’individu pris dans son unicité. Cela s'appelle t-il encore un marché ?
S'il s'agit de "se vendre" j'aimerais avoir en face quelqu'un qui sache "acheter" dans son intérêt bien compris. Est-ce le cas? J'en doute... Nos éducations ne nous y ont pas préparé.
Et puis surtout à lire les annonces les "produits" sont rarement clairement "présentés" ... Impossible de choisir.
J'ai du mal a considérer l'humain comme un produit Il a une si prodigieuse capacité à évoluer que cela peut perturber les meilleures prévisions.
Enfin le marketing me semble privilégier trop nettement l'avoir à l’être.
Je pense que la méthode marketing va à l'encontre de mon mode de pensée (latérale) et surtout de la valeur que j'attache a l'humain.
Elle ne me convient pas....
 
Imaginons que je n'ai mis que des "plus" pour n'interagir qu'avec les personnes que je cherchais au début.
La réalité: les échanges m'ayant beaucoup fait évoluer, ce ne sont plus les personnes que je cherche.
Je n'aurais pas rencontré les personnes que j'ai rencontrées et qui conviendraient aujourd'hui tout à fait à celui que je suis devenu.
Et puis, non négligeable, il y a celles avec qui les échanges ne purent durer dans le temps car je devais me limiter. Qu'il y eu peu d’échanges en nombre ne signifie pas que j'ai oublié chaque fois ou j'ai été impressionné de recevoir un long, dense et émouvant message faisant écho à ma longue annonce, et précisant en quoi cela faisait écho. Je n'ai pas toujours eu le temps ni l’énergie de faire une réponse suffisamment détaillée à la hauteur de leur investissement dans ce message. Quand certaines m'ont dit avoir imprimée mon annonce pour la méditer en montagne ou en faire un chemin de prière j'ai pensé que ce la dépassait ma simple recherche et tant mieux si d'autre s'y retrouvent. Quant l'une m'a dit avoir pleuré en lisant mon annonce, puis après ma réponse a précisé ce que cela avait changé en elle et pourquoi, ce n'est pas ma recherche qui aboutit mais c'est quand même un résultat qui me réchauffe le cœur. Je ne les cite pas toutes, mais toutes je les porte dans mon cœur et leur dit, si elles me lisent, que moi aussi elles m'ont soutenu...
J’étais dans l'avoir. J'avais cumulé de longues études variées mais liées aux "chiffres" (Cela évite d'exprimer), j’étais fanatique des méthodes, avide de tout contrôler. Mon expérience en ligne est un chemin de dépossession je n'en veux plus d'autre. Il est libérateur, il laisse enfin de la place à l'autre. Saint-Paul l'a dit "C'est lorsque je suis faible que je suis fort". Je ne pensais pas un jour le vivre aussi fortement
 
Amicalement
 
PS : Précision: Pour moi les exemples sont au féminin car j'ai plus regardé dans cette "direction". Je crois que s'il peut y avoir une différence de tendance quant a la forme suivant le sexe, je crois aussi a la liberté de chaque individu d'y échapper. Je ne crois pas a une différence quant au fond.
 
3ème réponse

Voilà j'ai pris le temps de bien lire votre dossier du mois, et j'avoue que c'est un dossier très bon. J'ai pris plaisir à lire tous ces détails que vous donnez et qui sont tout à fait réalistes et logiques. Je n'ai rien à vous dire de plus, tant vous avez super-bien développé le sujet, et votre ressenti est également le mien. Je suis tout à fait d'accord avec vous, rien à rajouter ou à enlever !

4ème réponse

Après avoir lu votre article intitulé "Savoir se vendre" très bien écrit et plein de bon sens, je me suis penchée à nouveau sur mon annonce qui ne me semble pas finalement très attractive...

Je reconnais que j'ai personnellement beaucoup de difficulté à parler de moi et à me "vendre" sachant que mon texte sera lu par des dizaines de personnes inconnues.
Peut-être est-il d'ailleurs trop tard pour modifier cette annonce maintenant qu'elle est en ligne?


5ème réponse
		Tout est tellement bien exprimé... Il me faut reconnaitre que cet article est ce que j'attendais, bravo Cyrano, je crois que tu as raison, je vais suivre tes conseils point par point... Et, comme on dit ici "Qien sabe?" Merci. Cordialement.

Pour aller plus loin